Île de Pâques

Ilha de Pascoa, Isla de Pascua, Easter Island, … Le nom officiel donné par les insulaires (habitants locaux) est : Île Rapa Nui. De notre côté, nous l’appelons : Île de Pâques.
Le pourquoi du nom de cette île ?
Tout simplement parce que cette île a été découverte par un hollandais, Roggeveen, au jour précis de Pâques 1722.
L’île est annexée au Chili depuis1888, mais les conditions de vie ne se sont pas améliorées jusqu’en 1996, année de reconnaissance comme patrimoine mondial de l’Humanité. Maintenant, grâce au tourisme, l’île est mieux développée. Très récemment, en août 2018, une nouvelle réglementation a été mise en place. Toutes personnes désirant se rendre sur l’île a l’obligation d’avoir un billet d’avion aller et retour, ainsi il n’est plus possible de rester sur place plus de trente jours.
A notre arrivée, grâce au guide, nous avons acheté le fameux livre « A la découverte de l’île de Pâques » de James Grant-Peterkin en français (pour info, ce livre existe en plusieurs langues). Ce livre-guide, très bien structuré, nous a beaucoup instruit sur l’Ensemble (histoire, géo, social, politique, mythe, etc.) des Rapanui et nous a permis d’expliquer clairement l’évolution d’hier à aujourd’hui à nos enfants.
Cette minuscule île, en plein milieu de l’océan Pacifique, compte 6000 habitants dont la moitié sont d’origine Rapanui, venus de la Polynésie.
Les Moaï (statues sur une plateforme dite « ahu ») sont érigées pour rendre hommage aux personnes haut-placées, décédées. Ces statues qui mesurent généralement entre 4 et 10 mètres de haut donnent une impression forte à chaque fois que nous arrivons sur une « ahu ». Ces statues sont extraites de Rano Raraku, sauf pour les «Tuf» (coiffes en chignon introduites bien longtemps après, autour de 1500-1600) de couleur rouge. Elles sont extraites d’une autre carrière, le Puna Pau.
Nous comptons 887 Moaï sur l’île dont seulement 288 sont debout ou bien redressées depuis le XXe siècle. En effet,entre 1770 et 1830, les insulaires ont renversé les Moaï, nous en ignorons la raison.
Durant la période de l’avant-colonisation des européens, les tribus, arrivées sur l’île autour de l’an 700, organisaient des compétitions annuelles pour définir un chef. Ce défi appelé : l’Homme-Oiseau a pour but de récupérer l’œuf d’un Sterne (oiseau) situé sur l’autre île et de le ramener intact. Nous pouvons l’imaginer avec le film « Rapa Nui » qui a été produit en 1993 par Kevin Costner.
Lors de notre balade sur Rano Raraku, nous avons rencontré un guide francophone aux multiples tatouages (dont un de Make-Make, dieu créateur de la Terre) et polyglotte. Il nous expliquait fermement qu’il ne compte pas sur la science car il tient ses croyances par tradition orale.
En quittant Rapa Nui, nous avons l’impression que quelques mystères tournent encore autour de l’île majestueuse et unique au monde.