Yangon

Ancienne capitale de la Birmanie, maintenant appelé Myanmar, cette immense ville est ouverte aux touristes seulement depuis 7 ans. Nous arrivons au petit matin à l’ancien aéroport. Un projet fou de construire un nouvel aéroport est en cours avec pour objectif d’accueillir plus de 25 millions de voyageurs par an en 2025. Le hic est que ce nouvel aéroport se trouve encore plus loin du centre de Yangon (près de 50 km). Il faut déjà savoir que nous avons eu beaucoup de peine pour accéder au centre-ville (près de deux heures pour moins de 15 km). Pourquoi ? Dû à des bouchons de voiture et bus. Yangon est la seule ville de Birmanie à interdire la circulation des deux-roues (y compris les vélos !) afin que les autorités ne soient pas dérangées par les paparazzis !
De plus, ici nous roulons à droite (comme en France) et la majorité des véhicules (sauf les bus) ont le volant à droite, bizarre et surtout dangereux ! En 2015, il y a eu une loi qui a été voté pour imposer de changer de véhicule en trois mois ! En conclusion, ça mettra plusieurs décennies car aujourd’hui nous avons vu très peu de voiture à la « française ».
Avec Khin Nandar Lwin, notre guide de 3 jours,nous avons visité tout de même la belle ville avec ses magnifiques pagodes, surtout celle de Shwedagon. Grâce à elle, nous avons vu l’immense école des sourds (voir billet par ailleurs) et deux boutiques, salon de beauté et de massage, tenues par des sourds. Sur le chemin, nous nous sommes rendus dans une association ayant pour objectif de créer une fédération pour la Birmanie. Nous leur avons remis le drapeau « Sign Union Flag » en leur souhaitant de réussir dans leur démarche pas facile car il faut obtenir les accords des 2 grandes villes de Yangon et Mandalay.
Avant de partir, pour Bagan, nous avons posés devant la maison de Aung San Suu Kyi (femme militante pour la libération de la Birmanie). C’est là qu’Emmanuel a oublié son téléphone portable dans un taxi, un mince espoir de le retrouver. Ce sont les aléas du voyage.